Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Laurent Clément CAMBOURNAC est né le 08 mai 1892 au Cayrol (Aveyron)

Il était :
Chevalier de la Légion d'Honneur (sur son lit de mort)
Croix de guerre 1914-1918 (avec 3 palmes et 1 étoile)
Titulaire de 4 citations à l'ordre du corps d'armée (16/6/1915, 15/11/1915, 20/7/1916 et 19/12/1916)
"Mort pour la France"

Alors que son frère avait décidé de se consacrer à Dieu, Laurent Clément décide de se vouer à la médecine quand la Guerre éclate. Il effectue une Guerre admirable qui lui vaudra décorations, citations et éloges. Médecin aide-major de 2ème classe à la 37ème division, il est blessé à Verdun (côte du Poivre) le 15 décembre 1916, et décède à Revigny le 21 décembre 1916, célibataire. Il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur sur son lit de mort en présence de son père. Tout au long de la Guerre, il a tenu un carnet de route qui lui a survécu et qui a pu être récupéré il y a quelques années.
Il a aussi laissé de nombreuses lettres qu'il adressait à ses parents, à son frère, le chanoine Urbain Clément, à sa soeur Laurentine et à ses camarades de l'Ecole de médecine. Son nom est porté sur le monument aux morts du Cayrol, à la faculté de médecine de Bordeaux et aussi à la faculté catholique de Lille.
"Grièvement atteint au cours d'une reconnaissance dans le secteur d'attaque le 15 décembre 1916, a rejoint le relais avancé du groupe et n'a consenti à se laisser évacuer que le 16 décembre" . Conscient de sa mort prochaine, il écrit , le 21 décembre à 8h ½ à Revigny, sur son lit de mort , à sa soeur Laurentine : "Votre Clément aura eu la plus belle mort que l'on puisse rêver, celle qui survient dans l'accomplissement du devoir mon sang aura été versé pour le soulagement des vaillants qui défendent notre sol A vous tous, je donne rendez-vous au ciel [où], je penserai à vous, je prierai pour vous".
Deux jours plus tard, il s'éteint, emporté par une gangrène gazeuse. Lors de sa ré-inhumation au Cayrol, le 24 septembre 1922, parmi les nombreux discours, l'Abbé DESGRANGES, un des maîtres de la parole catholique et une des intelligences les plus vigoureuses qui se puissent rencontrer servie par une éducation littéraire de premier ordre, lui-même aumônier de la 34ème division, lui a rendu un vibrant hommage dont il est cité un court passage pour, en quelques lignes, dire qui était Laurent-Clément CAMBOURNAC :
" blessé le 15 décembre 1916, au cours d'une reconnaissance devant Verdun, un matin d'attaque, il refuse énergiquement de se laisser évacuer. Il n'abandonne pas ses zouaves sur le champ de bataille. Il continue de les assister, supportant avec un sourire calme, sa fièvre et sa souffrance. Il demeure ainsi deux jours et une nuit et c'est seulement lorsque le combat est achevé et que les blessés ont été évacués, qu'il consent à aller lui- même dans une ambulance. Imprudence héroïque ! Imprudence fatale ! Cette blessure négligée et ce surmenage provoquent la gangrène gazeuse, et il meurt le 21 décembre 1916 à l'ambulance de Revigny, victime consciente de son dévouement prémédité ".

Son père Laurent CAMBOURNAC, (06/06/1856 Paris II - 25/01/1945 Le Cayrol), instituteur du Cayrol était chevalier de la Légion d'Honneur.

Son frère Urbain Clément CAMBOURNAC (22/01/1885 - 20/01/1970), prêtre et chanoine, Aumônier officiel des Chasseurs Alpins de France, était Officier de la Légion d'Honneur.

http://clement.cambournac.free.fr/




Retourner à l'historique des figures



  © SMLH - 2016