Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Général de brigade Justin Henri de THILORIER

Il était :
- Grand Officier de la Légion d'Honneur (19/04/1849)
- Commandeur (16/10/1823)
- Officier (17/03/1815)
- Chevalier (03/09/1813)
- Chevalier des Deux-Siciles (1809)
- Chevalier de Ordre de Saint-Louis (1814)
- Chevalier de l'Ordre de Saint-Ferdinand de 2nde classe (1823)

Né à Millau le 2 février 1780, il débute sa carrière dans la Marine à Rochefort le 15 avril 1799 et participe aux campagnes de 1799 et 1800 comme aide-commissaire sur la corvette La Diligente.
En 1801, intègre le 11ème d'infanterie légère. Dès le 1er juillet 1802 il est distingué par ses chefs et remplit les fonctions de capitaine provisoire. En mai1804, il commande le corps de volontaires qui défendit avec succès St Domingue lors de l'attaque par les Anglais. Fait prisonnier, il s'évade de la Jamaïque, rentre en France et est employé dans le Régiment de "La TOUR d'AUVERGNE" (46ème RI).
IL participe aux campagnes de 1806, 1807, 1808. En 1809 dans le royaume de Naples, il est, en particulier, mis à la tête d'une troupe d'élite, le 1er régiment étranger, pour former l'avant-garde de la division PARTOURNEAUX, destinée à débarquer la première en Sicile, lors de l'expédition commandée par le roi MURAT. A cette occasion, il reçoit le 17 octobre 1809 la croix de chevalier des Deux-Siciles.
Il est nommé chef de bataillon le 10 février 1810. Il est nommé dans la Légion d'Honneur.
Passé au 18ème d'infanterie légère sous les ordres du lieutenant-colonel MARCHAND, il y commande 3 bataillons et 2 pièves d'artillerie avec comme mission de reprendre l'offensive sur l'ennemi en Savoie. A la suite de ce fait d'armes où son unité fit plus de 500 prisonniers, il est nommé lieutenant-colonel et, en 1814, chevalier de St Louis.
En 1920, il commande le 31ème d'infanterie avec le grade de colonel, fait campagne en Espagne où il culbute, à Altafulla, une colonne ennemie de 1800 hommes. Il reçoit la croix de St Ferdinand.
Il passe au 5ème régiment d'infanterie de la Garde royale et est mis en disponibilité après le mouvement de Juillet. Il est admis au traitement de réforme, puis réactivé au commandement du département de la Lozère.
Il décède à Mende (Lozère), au château de Bellesagne, le 3 octobre 1851.


Retourner à l'historique des figures



  © SMLH - 2016