Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Général comte Etienne, Pierre, Sylvestre RICARD

Il était :
- Grand-Croix de la légion d'Honneur (02/10/1823)
- Grand Officier de la LH (1813)
- Commandeur de la LH (07/07/1807)
- Officier de la LH (14/06/1804)
- Chevalier de la LH (05/02/1804)
- Grand-Croix de l'Ordre de Saint-Ferdinand (1823)

Né le 31 décembre 1771 à Castres, il est fils de Jean Pierre, conseiller royal en la sénéchaussée de Castres, et de Christine DEVEZE. Il a deux frères cadets, Jean et Joseph qui deviendra maréchal de camp (général de brigade). Les premières années de sa carrière militaire débutent à l'Ecole Militaire de Brienne où il a eu pour camarade BONAPARTE. Devenu sous-lieutenant, il est affecté le 15 septembre 1791 au 52ème régiment d'infanterie, ancien ci-devant Régiment de La Fère. Lieutenant le 1er juin 1792, il est promu capitaine le 20 août de la même année. Pendant la Révolution, il sert successivement en Belgique, aux Pays-Bas et en Corse. Lors de la campagne d'Italie, il devient aide-de-camp du général SUCHET. Nommé chef d'escadrons le 12 juillet 1799, il prend le commandement du 4ème régiment de chasseurs à cheval, à la tête duquel il se distingue un mois plus tard, à la bataille de Novi. Il est promu adjudant général chef de brigade le 7 août 1800. La même année, le 25 décembre, il se fait remarquer par son courage à la bataille de Pozzolo.
Promu colonel en 1801, il sert au Camp de Bruges avant d'être envoyé au Camp de Saint-Omer en 1803. Lors de la guerre contre la 3ème coalition, il devient le 1er aide de camp du maréchal SOULT qui commande le 4ème corps de la Grande Armée. Le 2 décembre 1805, à la bataille d'Austerlitz, il est avec le maréchal quand ses divisions s'emparent du plateau de Pratzen tenu par les Russes. Comme il s'est distingué par son courage et ses qualités de chef à la bataille d'Iéna, le 14 octobre 1806, il est promu général de brigade le 13 novembre 1806. Un mois plus tard, il prend le commandement de la 1ère brigade de la 1re division du 3e corps d'armée aux ordres du général MORAND. Il se fait remarquer à la bataille de Friedland le 14 juin 1807.
NAPOLEON 1er reconnait ses mérites en le nommant baron d'Empire le 7 juin 1808. Le blasonnement de son écu permet de décrire ses armoiries : au I, parti d'or, au lion rampant d'azur, adextré en chef d'une étoile du même, et du quartier des barons militaires de l'Empire au II, d'azur, à un trophée de sept étendards d'argent, de gueules, et de sable.

En 1808, le général RICARD sert en Espagne comme chef d'état-major du maréchal SOULT qui commande le 2ème corps de l'Armée d'Espagne. L'année suivante, il suit le maréchal au Portugal que l'empereur a ordonné d'envahir. Rappelé en France et placé en position de non-activité, il se retire à Villefranche-de-Rouergue le 21 février 1810.

Rappelé par SOULT l'année suivante, il retourne en Espagne où il participe au siège de Tarragone du 4 mai au 28 juin 1811. Mais le 24 juin 1812 commence la campagne de Russie. En effet, NAPOLEON a fait franchir le Niémen à la Grande Armée. Le général RICARD va débuter la guerre contre la 6ème coalition à la tête de la 1ère brigade de la 7ème division du 10ème corps d'armée commandé par le général MACDONALD. Il se fait remarquer le 1er août en s'emparant de la forteresse de Dünaburg défendue par les russes. Le 7 septembre 1812, sa belle conduite à la sanglante victoire de la Moskova est récompensée le 10 septembre par sa promotion au grade de général de division. Deux mois plus tard, il remplace le général FRIAND à la tête de la 2ème division d'infanterie du 1er corps d'armée du maréchal DAVOUT. Il se couvre de gloire lors des combats de Krasnoë qui se déroulent du 14 au 18 novembre 1812.
Pendant la campagne d'Allemagne de 1813, le général RICARD commande la 11ème division d'infanterie du 3ème corps d'armée du maréchal NEY qui est engagé dans la bataille de Lützen. Dans l'après-midi, RICARD montre son courage et son sens tactique en enlevant le village de Kaja défendu avec acharnement par l'ennemi. Du 16 au 19 octobre 1813 se déroule la bataille de Leipzig à laquelle participe le 3ème corps à présent commandé par le général SOUHAM. Celui-ci ayant été blessé le 18, il est remplacé par RICARD qui va conserver le commandement du 3ème corps jusqu'à son repli vers la France.

Le 1er janvier 1814, les Alliés traversent le Rhin et menacent d'encercler les troupes du général RICARD qui forment la 1ère division du 6ème corps d'armée commandé par le maréchal MARMONT. Il réussit à échapper aux Alliés et à rejoindre Pont-à-Mousson. Durant la campagne de France de 1814, le général RICARD va participer à plusieurs batailles jusqu'à l'abdication de Napoléon le 6 avril 1814. Il combat à La Rothière, à Champaubert, à Montmirail, à Vauchamps, Gué-à-Tresmes, à Laon, à Reims, La Fère-Champenoise, et enfin à Ménilmontant où sa division ne compte plus que 726 hommes !.

Sous la Seconde Restauration, le général RICARD va être élevé à la dignité de pair de France puis nommé comte. Lors de l'expédition française en Espagne en juin 1823, afin de rétablir le roi FERDINAND VII sur son trône, le général RICARD commande la 1ère division de l'Armée d'Espagne. De retour en France en juin 1825, il prend le commandement de la 8ème division militaire à Marseille, puis en 1829 le roi lui confie la 1ère division de la Garde Royale qu'il dirigera jusqu'au 1er mai 1831, jour de sa mise à la retraite.

Il se retire au château de Varès, à 2 kilomètres au nord-ouest de Recoules, dans l'Aveyron.
En 1836, s'achève sous LOUIS-PHILIPPE la construction de l'Arc de Triomphe décidée par NAPOLEON 1er en 1806. Le comte de RICARD peut ainsi voir son nom gravé sur la 26ème colonne du pilier sud.

Le général de division Etienne, Pierre, Sylvestre RICARD, comte et pair à la Chambre Haute, meurt au château de Varès le 6 novembre 1843. Il est inhumé dans le petit cimetière de Saint-Amans-de-Varès.


Retourner à l'historique des figures



  © SMLH - 2016