Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Madame Hélène FRAUX nous a quittés le 15 octobre 2016.

Elle était :
Chevalier de la Légion d'Honneur
Médaille commémorative des services volontaires de la France libre sous le n° 18541 (7 mai 1948)
Chevalier de l'ordre national du mérite (1965)
Croix du combattant
Croix du combattant volontaire de la résistance mention « extra Métropolitaine » (1997),

C'est dans la salle de la sous-préfecture qui porte son nom que Madame Hélène FRAUX, 98 ans, déjà membre associé de notre section, avait été faite chevalier par notre président, le Colonel Arnaud CAMBOURNAC, en présence de sa famille, de Monsieur Louis LAUGIER, préfet de l'Aveyron, de Monsieur Eric SUZANNE, sous-préfet de Villefranche-de-Rouergue, de nombreux membres de notre section, du Général Henri SZWED, président de la section du Lot, et de notre drapeau.

Texte de sa nomination dans l'Ordre :
Hélène VANHOUTE est née le 25 janvier 1918 à Leers dans le Nord.
En mai 1940, elle se marie à un douanier maritime mobilisé sur place et devient madame LASTRAJOLI. Ils vivent à Boulogne-sur-Mer.

Elle a été élevée dans la crainte d'une nouvelle occupation du territoire français. Elle explique (je vous cite) « qu'il était inimaginable de revoir des soldats allemands envahir le pays ». A l'approche des troupes ennemies, elle décrit une sensation de panique qui la submerge et qui l'empêche de rester sur place.
Le couple LASTRAJOLI, à ce moment-là, héberge des réfugiés des marines belge et hollandaise. Son époux lui propose de fuir seule avec eux, remettant à plus tard leurs retrouvailles. Fin mai 1940, depuis Boulogne, elle s'embarque donc pour l'Angleterre, en tant que simple citoyenne à bord d'un transport de troupes anglais, l'un des derniers bateaux quittant la France avec ces marins réfugiés.
Elle ne reverra jamais son époux décédé durant la Guerre.

A 22 ans, elle débarque sur le sol britannique où personne ne l'attend, avec pour seul bagage une petite valise et quelques pièces de monnaie. Elle ne sait où aller et il n'existe pas encore d'office des réfugiés.
Par hasard, elle rencontre une famille française originaire de Boulogne installée à Londres et qui va l'héberger.

Le 18 juin 1940 au soir, elle apprend qu'un certain Général de GAULLE vient de lancer un « appel » sur les ondes.
Elle rejoint donc le 4 Carlton Gardens pour s'engager dans les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle, faisant ainsi partie, à compter du 13 novembre 1941, des premiers engagés à titre civil.

Elle intègre, dès sa création, le Comité National de la Libération. Elle travaille de façon très spartiate, d'abord en qualité de réceptionniste au secrétariat général de la coordination, puis comme sténo unilingue - dactylo bilingue. Son travail consiste pour beaucoup en la gestion des dossiers et affectations des nouveaux venus dans les rangs du personnel civil de la France Libre.

Le 16 septembre 1943, par ordre de mission, a été envoyée à Alger dans les Services du Gouvernement Provisoire de la République comme rédactrice auprès de Monsieur Pierre MENDES-FRANCE Commissaire aux finances et de Monsieur Pierre TISSIER, contrôleur des armées, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur.

En septembre 1944, par ordre de mission du Gouvernement Provisoire, est envoyée à Paris et intègre le Ministère des finances en tant que rédactrice au comité de défense nationale.

Elle sera intégrée dans les cadres permanents de l'administration centrale du ministère de l'air en qualité de rédactrice principale de deuxième classe à compter du 1er novembre 1945. Puis a continué sa carrière en tant qu'Agent Supérieur au Secrétariat Général de l'Aviation Civile au poste de Chef du bureau des pensions qu'elle occupera pendant presque 30 ans jusqu'à son départ en retraite.

En 1950, elle épousera, à Paris, le Capitaine Maxime FRAUX, officier de carrière, qui sera plus tard fait chevalier de Légion d'Honneur.
Madame FRAUX, permettez-moi d'ajouter que
la résistance était dans les gênes de votre famille puisque votre mère, Germaine VANHOUTE, résidant à la frontière belge, a été, pour ses actes de résistance, décorée, à la fin de la guerre, de la Croix de Guerre Française 1939-1945 avec étoile de bronze et citation à l'Ordre du Régiment. Elle était membre du Réseau Franco-Belge « Boucle ».

Votre parcours de vie, tant personnel que professionnel, est exemplaire et empreint d'un grand sens des valeurs de la République.
Votre parcours et votre engagement font de vous un exemple pour nos concitoyens.



Retourner à l'historique des souvenirs



  © SMLH - 2016