Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Photographie de la dernière activité

Madame Hildegarde DRIMMER nous a quittés le 28 avril 2014.

Elle était :
Chevalier de la Légion d'Honneur (31 décembre 1999)

Fille d'une famille nombreuse juive d'industriels allemands, les GRUNWALD, après avoir obtenu son 'Abitur' (Bac allemand), Hildegarde DRIMMER travaille pendant un an dans la société de son père. Elle s'inscrit ensuite à la Faculté où elle poursuit ses études pendant deux ans et demi, obtenant une licence en droits.
Lors de la montée du nazisme, avec ses parents, elle décide de quitter l'Allemagne en mars 1933 et ils s'installent à Paris où, dès 1936, ils montent une fabrication d'abat-jour. En 1940, ils sont encore obligés de fuir la capitale et descendent vers le Sud Ils se réfugient dans le sud de l'Aveyron, vers Réquista, puis rejoignent Onet-Le-Château. C'est une panne d'essence qui les arrêtera à Rodez.

A la libération, ne possédant plus aucun bien, ils décident de rester en Aveyron et de recréer une fabrication d'abat-jour. Cette société se développera avec la création de services de table, puis d'une faïencerie et ensuite d'une usine de meubles.
Au décès de son époux en 1979, elle assurera seule la présidence des Etablissements DRIMMER.
A la tête de son entreprise, elle a participé et contribué au développement du "bon goût français".
Lors de ces 100 ans, Hildegarde DRIMMER pensait toujours « avoir eu beaucoup de chance ... Nous étions considérés comme des juifs par les Allemands et comme des Allemands par les Français, la pire des combinaisons ».


Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016