Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section de l'Aveyron Section

Photographie de la dernière activité

L'Adjudant Gabriel GALTIER nous a quittés le 31 octobre 2011.

Il était :
Chevalier de la Légion d'honneur (1996)
Médaille Militaire (31/12/1955 - Sergent-Chef)
Croix de Guerre avec étoile de bronze (13/06/1945 - Citation à l'ordre du Régiment - 2° Classe au 9ème Régiment de Zouaves)
Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs (07/09/1948 - Citation à l'ordre de la Division - Sergent 1/9° R.T.A)
Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs avec Etoile de Vermeil (31/12/1955 - Citation à l'ordre du Corps d'Armée - Sergent-Chef)
Croix du Combattant Volontaire 1939-1945
Croix de la Valeur Militaire avec Etoile d'Argent (30/12/1958 - Citation à l'Ordre du Corps d'Armée)
Médaille coloniale avec agrafe "Madagascar" (03/12/1948)
Médaille coloniale avec agrafe "Extrême-Orient" (15/11/1951)
Médaille Commémorative des opérations de sécurité et de maintien de l'ordre en Afrique du Nord avec Agrafe "Algérie" (08/02/1958).
Titre de Reconnaissance de la Nation (2002)

Né le 27 mars 1927 à SAINT-DENIS (93), Gabriel GALTIER a une enfance dans un foyer pauvre et déstructuré au milieu de 9 frères et soeurs. Il a un caractère trempé, ira chez les scouts, et dès qu'il est en âge, il entre dans la Résistance par désir d'action En mars 1944, membre des Forces Françaises de l'Intérieur de Saint Denis, il est arrêté par la Gestapo à 15 ans puis libér. Il s'engage à 1- ans, en janvier 1945 et participera aux campagnes en Indochine, Tunisie, Maroc, Algérie et à Madagascar. Il est remarqué pour ses actes de bravoure, et de courage, son sens du devoir et du commandement dans des situations souvent très dangereuses.

Démobilisé il rengage en mars 1946, sera successivement promu caporal (01/1947) à Tunis, caporal-chef (07/1947) à Madagascar, sergent (07/1948) à Alger. Il est blessé par balle en Indochine en 1951. Il quitte définitivement l'uniforme en 1960.

Il s'installe à Rodez où il sera gérant de la Librairie de l'Enseignement libre pendant 3 ans. Il assure la direction de l'Association Saint-Bernard du Centre de Reclassement de Bonnecombe pendant 9 ans. C'est un travail difficile et parfois dangereux au contact de détenus en réinsertion à leur sortie de prison. En 1980 il est Délégué du Secours Catholique de l'Aveyron pendant 10 ans. Ses qualités de directeur et de gestionnaire font merveille. Enfin en 1992, il prend définitivement sa retraite.
Il s'investit dans le monde associatif (Stade Ruthénois de football).

Tous ceux qui l'ont côtoyé conservent de lui l'image d'un être charismatique, à l'humour ravageur et souvent décalé.


Retourner à l'historique des reportages de souvenirs



  © SMLH - 2016